Welcome to Poetry.com

Poetry.com is a huge collection of poems from famous and amateur poets from around the world — collaboratively published by a community of authors and contributing editors.

Navigate through our poetry database by subjects, alphabetically or simply search by keywords. You can submit a new poem, discuss and rate existing work, listen to poems using voice pronunciation and even translate pieces to many common and not-so-common languages.

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)

Les Météores

Maurice Rollinat 1846 (Châteauroux) – 1903 (Ivry-sur-Seine)

Hugo ! monde farouche ! Etna de poésie !
Pour l’éteindre, la mer n’aurait pas assez d’eau.
Prodigieux contraste ! immense fantaisie !
Créant Esméralda près de Quasimodo !…

Hugo ! c’est le clairon gigantesque qui sonne
La fanfare du droit et de la liberté !
Et ses vers, blancs chevaux que l’art caparaçonne,
Galopent dans la nuit du rêve illimité.

Barbier ! brasier lyrique où l’ïambe s’allume !
Forge cyclopéenne et rugissante ! enfer
Où le métal rougi se tord sur une enclume
Que martèlent sans fin des assommeurs de fer.

Lamartine ! Eden pur où des harpes étranges
Vibrent si doucement dans un air embaumé
Qu’on dirait un écho de la lyre des anges
Tombé du haut du ciel sur le monde charmé.

Alexandre Dumas ! où les drames bouillonnent,
Phalange de héros fiers comme des défis !
Vaste océan d’humour que les rires sillonnent,
O colosse ! à quelle œuvre énorme tu suffis.

Balzac ! burin du siècle imprégné de névrose
Qui, sur tous les métaux avec férocité,
Se condamne à graver des poèmes en prose
vibrent les sanglots de la modernité.

Balzac ! sombre théâtre où l’humanité joue,
Rue étrange où l’avare au bras de la catin
Passent, la boue au cœur et le fard sur la joue,
Suivis de l’adultère infâme et clandestin !

George Sand ! à jamais reine des bucoliques !
Musique des baisers d’une exquise longueur !
Clairière de l’extase, où les mélancoliques
Vont se griser d’amour, de vague et de langueur.

Musset ! île de foi dans l’océan du doute,
Rêve d’amour éclos sur un corps acheté,
Poison délicieux qu’on aime et qu’on redoute
Tant l’ivresse qu’il donne a de morosité.

De Vigny ! crépuscule automnal où l’on hume
Le mystère des bois, où l’oiseau jase encor
Et qu’attriste parfois au milieu de la brume
La fanfare plaintive et lointaine du cor.

Gautier ! ciseau païen sculptant dans la matière
Les glorieux contours d’un buste sans égal,
Palais de la couleur, où la nature entière
Rit sur des plafonds d’or embrumés d’idéal.

Bouilhet ! ravin boisé dont les bruits vous enchantent,
Savoureur d’exotisme et barde magicien,
Qui dans un chatoiement d’escarboucles qui chantent
Evoque tout un monde antédiluvien.

Flaubert ! scalpel des sens et bistouri de l’âme
Qui fouille l’être et sonde impitoyablement
Cette lubricité qui s’appelle : la femme,
Et cette lâcheté qui s’appelle : l’amant.

Baudelaire ! Élixir de spleen et d’ironie,
Harem vertigineux des modernes Saphos !
Bal sinistre où l’orchestre a des sons d’agonie,
Et que la mort traverse en agitant sa faux.

Pierre Dupont ! senteur, âme des sapinières,
Hymne des raisins mûrs et des jaunes épis,
Clair de lune irisant les flaques des marnières,
Pacage ensoleillé plein de bœufs accroupis.

Barbey d’Aurevilly ! c’est la plume effroyable,
La plume qui fait peur au papier frémissant,
Car elle écrit les mots que lui dicte le diable
Avec du vitriol, des larmes et du sang.

Banville ! buisson vert où fauvettes et merles
Chantent avec tant d’art que plus d’un rossignol
Jalouse leur gosier d’où s’échappent en perles
Le lyrisme d’Orphée et l’entrain de Guignol !

Et Leconte de Lisle ! âme des pics farouches
Contre qui vainement la foudre se rua !
Forêt vierge où se mêle au vol des oiseaux-mouches
Le rampement du tigre et du serpent boa.

Poètes ! vin du cœur ! suprême friandise !
Je m’abreuve à longs traits de vos chères saveurs !
La vie est un enfer où je m’emparadise
Puisque je bois votre âme, ô sublimes rêveurs !
 

Font size:
 

Submitted on May 13, 2011

2:45 min read
53 Views

Discuss this Maurice Rollinat poem with the community:

0 Comments

    Translation

    Find a translation for this poem in other languages:

    Select another language:

    • - Select -
    • 简体中文 (Chinese - Simplified)
    • 繁體中文 (Chinese - Traditional)
    • Español (Spanish)
    • Esperanto (Esperanto)
    • 日本語 (Japanese)
    • Português (Portuguese)
    • Deutsch (German)
    • العربية (Arabic)
    • Français (French)
    • Русский (Russian)
    • ಕನ್ನಡ (Kannada)
    • 한국어 (Korean)
    • עברית (Hebrew)
    • Gaeilge (Irish)
    • Українська (Ukrainian)
    • اردو (Urdu)
    • Magyar (Hungarian)
    • मानक हिन्दी (Hindi)
    • Indonesia (Indonesian)
    • Italiano (Italian)
    • தமிழ் (Tamil)
    • Türkçe (Turkish)
    • తెలుగు (Telugu)
    • ภาษาไทย (Thai)
    • Tiếng Việt (Vietnamese)
    • Čeština (Czech)
    • Polski (Polish)
    • Bahasa Indonesia (Indonesian)
    • Românește (Romanian)
    • Nederlands (Dutch)
    • Ελληνικά (Greek)
    • Latinum (Latin)
    • Svenska (Swedish)
    • Dansk (Danish)
    • Suomi (Finnish)
    • فارسی (Persian)
    • ייִדיש (Yiddish)
    • հայերեն (Armenian)
    • Norsk (Norwegian)
    • English (English)

    Citation

    Use the citation below to add this poem to your bibliography:

    Style:MLAChicagoAPA

    "Les Météores" Poetry.com. STANDS4 LLC, 2021. Web. 18 Sep. 2021. <https://www.poetry.com/poem/27880/les-météores>.

    Become a member!

    Join our community of poets and poetry lovers to share your work and offer feedback and encouragement to writers all over the world!

    Browse Poetry.com

    Quiz

    Are you a poetry master?

    »
    She recited a poem called "The Hill We Climb" in honor of the inauguration of President Joe Biden.
    • A. Angela Geisman
    • B. Amanda Gorman
    • C. Samantha Goodman
    • D. Anita Goldman

    Our favorite collection of

    Famous Poets

    »