Welcome to Poetry.com

Poetry.com is a huge collection of poems from famous and amateur poets from around the world — collaboratively published by a community of authors and contributing editors.

Navigate through our poetry database by subjects, alphabetically or simply search by keywords. You can submit a new poem, discuss and rate existing work, listen to poems using voice pronunciation and even translate pieces to many common and not-so-common languages.

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)

La Morte embaumée

Maurice Rollinat 1846 (Châteauroux) – 1903 (Ivry-sur-Seine)

Pour arracher la morte aussi belle qu’un ange
  Aux atroces baisers du ver,
Je la fis embaumer dans un boîte étrange.
  C’était par une nuit d’hiver :

On sortit de ce corps glacé, roide et livide,
  Ses pauvres organes défunts,
Et dans ce ventre ouvert aussi saignant que vide
  On versa d’onctueux parfums,

Du chlore, du goudron et de la chaux en poudre ;
  Et quand il en fut tout rempli,
Une aiguille d’argent réussit à le coudre
  Sans que la peau fit un seul pli.

On remplaça ses yeux où la grande nature
  Avait mis l’azur de ses ciels
Et qu’aurait dévorés l’infecte pourriture,
  Par des yeux bleus artificiels.

L’apothicaire, avec une certaine gomme,
  Parvint à la pétrifier ;
Et quand il eut glapi, gai, puant le rogomme :
  « Ça ne peut se putréfier !

« J’en réponds. Vous serez troué comme un vieil arbre
  « Par les reptiles du tombeau,
« Avant que l’embaumée, aussi dure qu’un marbre,
  « Ait perdu le moindre lambeau ! »

Alors seul, je peignis ses lèvres violettes
  Avec l'essence du carmin,
Je couvris de bijoux, d'anneaux et d’amulettes
  Son cou svelte et sa frêle main.

J’entrouvris sa paupière et je fermai sa bouche
  Pleine de stupeur et d’effroi ;
Et, grave, j’attachai sa petite babouche
  À son pauvre petit pied froid.

J’enveloppai le corps d’un suaire de gaze,
  Je dénouai ses longs cheveux,
Et tombant à genoux je passai de l’extase
  Au délire atroce et nerveux.

Puis, dans un paroxysme intense de névroses
  Pesantes comme un plomb fatal,
Hagard, je l’étendis sur un long tas de roses
  Dans une bière de cristal.

L’odeur cadavérique avait fui de la chambre,
  Et sur les ors et les velours
Des souffles de benjoin, de vétyver et d’ambre
  Planaient chauds, énervants et lourds.

Et je la regardais, la très chère momie :
  Et ressuscitant sa beauté,
J’osais me figurer qu’elle était endormie
  Dans les bras de la volupté.

Et dans un caveau frais où conduisent des rampes
  De marbre noir et d’or massif,
Pour jamais, aux lueurs sépulcrales des lampes,
  Au-dessous d’un crâne pensif,

La morte en son cercueil transparent et splendide,
  Narguant la putréfaction,
Dort, intacte et sereine, amoureuse et candide,
  Devant ma stupéfaction.
 

Font size:
 

Submitted on May 13, 2011

1:49 min read
41 Views

Discuss this Maurice Rollinat poem with the community:

0 Comments

    Translation

    Find a translation for this poem in other languages:

    Select another language:

    • - Select -
    • 简体中文 (Chinese - Simplified)
    • 繁體中文 (Chinese - Traditional)
    • Español (Spanish)
    • Esperanto (Esperanto)
    • 日本語 (Japanese)
    • Português (Portuguese)
    • Deutsch (German)
    • العربية (Arabic)
    • Français (French)
    • Русский (Russian)
    • ಕನ್ನಡ (Kannada)
    • 한국어 (Korean)
    • עברית (Hebrew)
    • Gaeilge (Irish)
    • Українська (Ukrainian)
    • اردو (Urdu)
    • Magyar (Hungarian)
    • मानक हिन्दी (Hindi)
    • Indonesia (Indonesian)
    • Italiano (Italian)
    • தமிழ் (Tamil)
    • Türkçe (Turkish)
    • తెలుగు (Telugu)
    • ภาษาไทย (Thai)
    • Tiếng Việt (Vietnamese)
    • Čeština (Czech)
    • Polski (Polish)
    • Bahasa Indonesia (Indonesian)
    • Românește (Romanian)
    • Nederlands (Dutch)
    • Ελληνικά (Greek)
    • Latinum (Latin)
    • Svenska (Swedish)
    • Dansk (Danish)
    • Suomi (Finnish)
    • فارسی (Persian)
    • ייִדיש (Yiddish)
    • հայերեն (Armenian)
    • Norsk (Norwegian)
    • English (English)

    Citation

    Use the citation below to add this poem to your bibliography:

    Style:MLAChicagoAPA

    "La Morte embaumée" Poetry.com. STANDS4 LLC, 2021. Web. 25 Sep. 2021. <https://www.poetry.com/poem/27620/la-morte-embaumée>.

    Become a member!

    Join our community of poets and poetry lovers to share your work and offer feedback and encouragement to writers all over the world!

    Browse Poetry.com

    Quiz

    Are you a poetry master?

    »
    Lewis Carroll wrote: "You are old father William, the young man said..."
    • A. "and your eyes have become less bright"
    • B. "and you're going to die tonight"
    • C. "and your hair has become very white"
    • D. "and you seem to have lost your sight"

    Our favorite collection of

    Famous Poets

    »